Un nouveau mandat de 3 ans s’ouvre en ce début d’année 2020 pour les délégués régionaux de l’UDES. Garants de la promotion, du positionnement et des missions de l’UDES en région, les délégués régionaux ont pour missions d’assurer la représentation et la défense de l’Union et de ses intérêts en région auprès des pouvoirs publics et des représentants institutionnels locaux. Présentation de ses représentants locaux, leur parcours, leur engagement et leurs grandes priorités.

Dans ce cadre, Guy BABOLAT, Délégué régional UDES Auvergne-Rhône-Alpes, répond à nos questions.

 

Pouvez-vous nous décrire votre parcours professionnel ?
Au cours de ma carrière, j’ai occupé plusieurs postes et rempli différentes missions. Dans le cadre de la mission Schwartz, je me suis occupé de la mise en place d’une Mission locale dans l’Est Lyonnais. J’étais plus particulièrement en charge des relations avec les partenaires économiques et sociaux dans le cadre du Comité Local pour l’Emploi (CLE). En tant que chargé de mission en développement économique local, je me suis occupé de l’ appui aux PME et à la création d’entreprises, ainsi que de la conception et la réalisation de programmes de pépinières d’entreprises. J’ai été Directeur régional de l’ACEREP, organisme de conseil et formation, groupe C3D, Directeur de l’Union régionale des Scop Rône-Alpes et PDG de la Scop Bourgeois dans le secteur de la mécanique – biens d’équipements pour l’IAA.
 

Quel est le sens de votre engagement à l’UDES ?
Je me suis engagé au sein de l’UDES apour travailler à :

  • La reconnaissance de l’ESS comme acteur économique au plein sens du terme. Ce qui passe par sa reconnaissance comme employeur.
  • La reconnaissance de la pluralité des employeurs, pluralité dans laquelle l’ESS doit avoir toute sa place.
  • La reconnaissance des spécificités et de l’impact social de l’ESS.

 

Quelles sont les grandes priorités de votre mandat dans votre région ?
Les grandes priorités de mon mandats sont :

  • d’affirmer la légitimité et accroitre la notoriété de l’UDES comme syndicats d’employeurs ;
  • d’améliorer l’appropriation de l’UDES par les différents réseaux de l’ESS ;
  • de mieux connecter ces réseaux entre eux.

Cette interview a été réalisée avant le début de la crise liée au Covid-19.

 

Téléchargez l'interview en format PDF