Tour de France en Grand Est : lancement d’un plan d’actions pour développer les Nouveaux Métiers du Lien Social !

L’étape du Tour de France de l’UDES en région Grand Est a eu lieu à Metz, le 30 septembre 2022, et a accueilli une quarantaine d’acteurs économiques et institutionnels du territoire. L’occasion pour l’Union de lancer officiellement son plan d’actions régional intitulé « Les Nouveaux Métiers du Lien Social ». 

Hugues VIDOR, Président de l’UDES, a introduit la matinée avec les actualités nationales de l’Union, notamment son positionnement dans le projet de loi de finances 2023, sa participation au Conseil National de la Refondation et à ses déclinaisons régionales mais aussi les enjeux suite à la nomination de la Secrétaire d’Etat à l’ESS et à la Vie associative Marlène SCHIAPPA.

L’Appel des employeurs engagés et la plateforme dédiée à la mesure de l’impact social des entreprises de l’ESS, Valor’ESS, ont ensuite été présentés par Sébastien DARRIGRAND, Directeur général de l’UDES.

Une table ronde sur les difficultés de recrutement, animée par Marc PHILIBERT, Délégué régional

Véronique BOUR-VERRIER, Directrice générale d’Etap’Habitat et Déléguée régionale adjointe de l’UDES, a présenté ses propres difficultés de recrutement, rencontrées dans le secteur de la restauration de son établissement. « Le nombre de candidature a baissé pour la première fois, s’expliquant peut-être par les difficultés de mobilité, d’attractivité et de rémunération. » a-t-elle précisé. 

Patrice GUILLOUX, Délégué interrégional de l’OPCO Uniformation, s’est exprimé sur les compétences des salariés, en indiquant notamment « qu’il faudrait partir de la personne et non du dispositif, parler de compétences et non plus de métiers. Avec la création d’un référentiel de compétences, les employeurs de l’ESS pourraient affiner leur recherche. » Le dispositif d’Action formation en situation de travail (Afest) a été proposé comme une solution possible. Créé en 2018, il permet aux entreprises de former des salariés en se positionnant en tant qu’entreprise apprenante et en valorisant les compétences existantes dans l’entreprise. 

Dominique TOUSSAINT, Secrétaire régional de la CFDT, a ensuite expliqué le manque d’attractivité et de fidélisation des métiers de l’ESS par les faibles rémunérations. Selon lui, « une revalorisation des salaires pourrait diminuer les problématiques de recrutement ». La solution doit passer par le dialogue social. Il a également mis en avant des problèmes de mobilité, de conditions de travail qui enlèvent jusqu’au sens du métier, et des problématiques de garde d’enfants. 

Stéphanie KIS, Présidente de la Commission formation professionnelle pour la région Grand-Est, a clôturé cette table-ronde en portant l’attention sur le management en entreprise. Selon elle, il faut que les services publics de l’emploi fassent davantage pour créer du lien entre les personnes éloignées de l’emploi et les employeurs, d’autant que ces difficultés se renforcent aux frontières luxembourgeoises ou allemandes, dont les Etats offrent des avantages salariaux non-négligeables. 

Un plan d’actions régional pour développer les nouveaux métiers du lien social

Tous ces constats qui traduisent le manque d’attractivité des métiers, la difficulté de recrutement, la difficile fidélisation des salariés ou encore un fort turn-over, ont conduit l’UDES a lancé son projet sur « Les Nouveaux Métiers du Lien Social ». L’UDES et ses partenaires souhaitent agir à la fois sur le contenu du travail et sur les formes d’emploi pour renforcer la qualité de vie au travail des salariés. L’Union souhaite rompre avec la précarité de certains métiers de ces branches, apparus comme essentiels lors des différents épisodes de la crise sanitaire, mais dont les moyens restent trop limités pour offrir des parcours professionnels attractifs. C’est sur le territoire de l’Eurométropole de Metz et sur le département des Ardennes que va se lancer cette expérimentation avec les entreprises et les salariés volontaires. Ce sont les structures des branches de l’aide et soins à domicile, du sanitaire, social et médico-social, de l’habitat social, de l’animation, du lien social et familial, qui ont été retenues pour ce projet car ce sont elles qui connaissent le plus de problématiques liées à l’emploi actuellement dans l’ESS. 

« Les Nouveaux métiers du Lien Social » vont donc permettre d’expérimenter les métiers de demain pour répondre aux défis d’aujourd’hui. En savoir plus

Grand Est

Derniers événements

10 Février 2023

Collège régional

Chiffres clés

En Grand-Est, l’économie sociale et solidaire emploie 199 884 salariés, ce qui représente 11,5% de l’emploi sur le territoire, et compte 16 488 établissements, soit 9% du total des établissements de la région.

Source : Edition 2020 de l’Atlas commenté de l’économie sociale et solidaire, Observatoire national de l'ESS – ESS France

 

En Grand Est, l’UDES représente* plus de 80 100 salariés et environ 2 600 entreprises :

  • Services sanitaires, sociaux, médico-sociaux à domicile et services à la personne : 295 structures et 12 887 salariés
  • Etablissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux : 198 structures et 30 151 salariés
  • Mutualité : 23 structures et 10 821 salariés
  • Spectacle, Animation, Activités récréatives, Sport, Education populaire : 1 602 structures et 13 437 salariés
  • Coopératives : 230 structures et 4 926 salariés
  • Insertion, Formation, Actions de prévention et d’accompagnement à caractère social, Petite enfance : 268 structures et 8 294 salariés

Source : Analyse interne réalisée par le pôle relations sociales de l'UDES (octobre 2022)

Contacts

Logo Grand Est
Délégué régional
Marc PHILIBERT
Équipe technique
Guillaume
POINSIGNON