Ils sont en première ligne durant la crise... les employeurs de l'ESS

L’UDES est mobilisée depuis le début de la crise sanitaire pour relayer les préoccupations des employeurs de l’ESS et alerter les pouvoirs publics sur les grandes difficultés engendrées par la situation exceptionnelle que notre pays traverse.

L’UDES poursuit son action afin que l’économie sociale et solidaire soit durablement et efficacement prise en compte dans la gestion de cette crise sanitaire et économique sur l’ensemble du territoire. Vous pouvez consulter ici les actions menées en PACA / Corse.

Afin de poursuivre le travail de plaidoyer auprès des acteurs politiques locaux - dans un contexte où les plans de relance régionaux et nationaux sont en passe d’être engagés - l’UDES souhaite désormais mettre en avant les actions et l’engagement des entreprises de l’ESS durant la crise en donnant la parole aux employeurs mobilisés en première ligne.

Aujourd’hui, l'Adapei Var-Méditerranée, répond à nos questions.

 

 

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre structure en quelques mots ?

L’Adapei var-méditerranée est une association gestionnaire d’établissements et services médico-sociaux spécialisés dans l’accompagnement de publics en situation de handicap ou de fragilité sociale. Située dans le Var et dans les Bouches-du-Rhône, elle gère 42 établissements et services, accompagne 2500 enfants et adultes, et emploie plus de 1000 professionnels.
Son action se décline selon 5 formes d’accompagnement : jeunesse, professionnalisation et emploi accompagné, habitat autonome, habitat médicalisé et personnes âgées dépendantes. 

Comment avez-vous vécu cette crise au sein de votre structure ?

Dès le mois de février, des réunions avec l’Agence régionale de santé nous ont préparés à l’arrivée de l’épidémie en France. Une cellule de crise a été activée le 13 mars pour gérer la fermeture de nos externats, ESAT et services d’accompagnement, tout en organisant la continuité de l’accompagnement dans les internats restés ouverts (foyers + EHPAD). Veiller à la protection maximale des publics vulnérables que nous accompagnons a été une priorité tout au long de la période, nous avons été en veille permanente pour coordonner nos actions et mettre en application les recommandations gouvernementales au fil de l’eau.

En pleine pénurie, la gestion des stocks de matériels de protection a demandé un effort considérable pour organiser les approvisionnements et les répartitions, dans un contexte de forte tension. Dès l’apparition des premiers cas de Covid-19 au sein de nos établissements, il a fallu renforcer les mesures de protection, isoler les résidents, et mettre en place une communication coordonnée entre les professionnels, les résidents et leurs familles. L’organisation des dépistages, en lien étroit avec l’Agence régionale de santé, les hôpitaux, la médecine de ville et les laboratoires, a nécessité là encore une articulation et un suivi rigoureux. 

Enfin, la réouverture progressive de nos établissements nous a conduit à organiser le retour des usagers et la reprise des visites, tout en veillant à la sécurité des publics.  Chaque étape de cette crise sanitaire nous a conduit à mettre en place une communication transparente et symétrique, dans un contexte anxiogène et incertain au regard de l’évolution de la situation. 
Transformation de nos accompagnements

La crise a bouleversé nos accompagnements : globalement, l’ensemble du personnel de l’association a démontré sa capacité à s’adapter rapidement aux contraintes et de nombreuses opérations de solidarité inter-établissements se sont mises en place. Une cinquantaine de professionnels dont l’établissement avait fermé ont été redéployés vers des internats qui avaient besoin de renforts. Plusieurs salariés se sont spontanément regroupés au sein d’un atelier couture, pour fournir des équipements en tissu à leurs collègues et aux résidents. Autre exemple de solidarité : les psychologues d’établissements ont tous accepté de mettre leurs compétences au service des salariés qui éprouvaient le besoin de se confier. Enfin, les personnels des ESAT ont assuré le maintien des activités indispensables de blanchisserie, voirie et espaces verts en remplacement des travailleurs d’ESAT confinés à leur domicile. 
Pendant la durée du confinement, certaines familles ont souhaité reprendre leur proche à domicile. Il a fallu renforcer notre accompagnement à domicile. Et à l’inverse accueillir en urgence des externes dont les familles n’étaient pas en mesure d’assurer la garde à temps plein durant plusieurs semaines.

Quelles actions spécifiques votre structure a-t-elle mis en place durant cette crise ?

Un bond en avant digital

Pour assurer la continuité de nos activités, nous avons massivement renforcé l’usage du numérique et déployé de nouvelles solutions digitales. Très rapidement, nous avons opté pour une messagerie d’entreprise pour partager nos informations instantanément et eu recours à des outils de visioconférences pour animer nos instances et réunions. Il a fallu également déployer le matériel informatique et les accès à distance aux fichiers, indispensables au télétravail. Tous ces outils font maintenant partie intégrante de nos façons de travailler.
Le site internet de l’Adapei a servi de support de communication interne et externe en se dotant d’une rubrique Covid. De nombreux outils et guides de bonnes pratiques ont été mis à disposition à l’ensemble du personnel, des personnes accompagnées et de leurs familles par ce biais. Soulignons également la production de nombreuses vidéos pendant cette période, de la direction générale pour assurer son soutien aux équipes, ou directement réalisées par les établissements pour rester en lien avec l’extérieur et donner des nouvelles rassurantes aux familles. Plus largement, nos professionnels ont utilisé tous les moyens à leur portée pour garder le contact avec les familles dont le proche est resté en établissement : Skype, WhatsApp, Messenger… 

Enfin, notre association a maintenu son assemblée générale en juillet, à huis-clos en présence d’un nombre restreint d’administrateurs.  Pour permettre à ses adhérents de participer à ce temps fort de la vie de l’association, un dispositif en ligne et de nombreuses vidéos pour commenter le bilan d’activité 2019 et les futures orientations ont été mis à disposition de nos adhérents.

Solidarité & dons

Entraide, générosité, bienveillance, humanité. Toutes ces valeurs étaient très présentes pendant la délicate période du confinement. Nous avons lancé plusieurs appels au don : matériels de protection, tissus et élastiques pour alimenter les ateliers de couture, qui ont été suivis de formidables élans de générosité. L’association a reçu de la part de fondations des tablettes numériques, des cartes essence, des équipements de protection individuelle, des gels hydro-alcooliques, des fleurs, des chocolats…

En complément d’une hotline téléphonique proposée aux familles, une cellule d’écoute et de soutien psychologique, composée des psychologues des établissements de l’Adapei, s’est spontanément mise en place pour soutenir les professionnels.

Une illustration a été offerte par une artiste locale en soutien à tous les professionnels du secteur médico-social, eux aussi en première ligne. Sans oublier un message de soutien et de reconnaissance de la part du parrain de notre association, Gérard Darmon : « Au quotidien, vous êtes là, vous répondez présents. J’ai envie de vous dire que vous n’êtes pas seuls. Ce soir, en ouvrant mes fenêtres à 20h, je penserai particulièrement à vous. Je pense aussi aux familles qui ont des enfants en situation de handicap et à tout ce que ce confinement peut générer comme situations un peu tendues. ». ce message a été relayé au niveau national en signe de reconnaissance pour tous les professionnels du secteur médico-social.

Quels sont vos principaux enjeux dans les prochains mois ?

Si certains dogmes ont été ébranlés subitement, de nombreuses initiatives ont été prises et nous devons tirer les enseignements cette crise. Par exemple concernant notre manière de travailler : le présentiel n’est pas toujours la meilleure option, il peut faire perdre beaucoup de temps. Nous couvrons un territoire assez étendu (Var et Bouches-du-Rhône) et il faut prendre en compte la durée des trajets pour certains, l’impact économique et écologique de certaines réunions.

Les visioconférences nous apprennent à être plus synthétiques, mais le présentiel a aussi du bon, et la meilleure combinaison serait de panacher les deux modes de travail.
Nous avons par ailleurs répondu à un appel à projets pour financer une étude auprès des résidents externes. L’objectif serait de mieux cerner comment ces usagers, contraints de rester chez eux, ont vécu ces derniers mois. Des groupes de travail composés de salariés de nos établissements seront par ailleurs constitués autour de 6 thématiques : management et organisation, communication et transmission de l’information, nouvelles technologies et maintien du lien, télétravail, soutien aux professionnels, impact des règles sanitaires sur les pratiques professionnelles et sur le quotidien des usagers. L’objectif est de mesurer quels impacts cette crise a eu sur nos pratiques et quels enseignements nous devons tirer pour l’avenir. 

Côté technologies, une refonte du site internet permettra de nouvelles fonctionnalités et d’ici 2021 tous les salariés de l’association disposeront d’une adresse mail professionnelle (seulement la moitié en ont une à ce jour). Cette pandémie a prouvé que nous étions en capacité d’« encaisser la vague », d’être à la hauteur des enjeux et de mettre en place très rapidement des protocoles solides. Il faut maintenant capitaliser sur cette expérience, car les crises sont toujours des moments de remise en question, de changements à court terme, mais aussi de transformations susceptibles de s’inscrire dans la durée.

 

Télécharger l'interview de l'Adapei Var-Méditerranée

Provence-Alpes-Côte d'Azur - Corse

Derniers événements

19 Octobre 2022

Forum de l'emploi

23 Novembre 2022

Espace régional de dialogue social (ERDS)

Chiffres clés

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’économie sociale et solidaire emploie 162 876 salariés, ce qui représente 9,9% de l’emploi sur le territoire, et compte 16 818 établissements, soit 8,4% du total des établissements de la région.

 

En Corse, l’économie sociale et solidaire emploie 8 308 salariés, ce qui représente 8,1% de l’emploi sur le territoire, et compte 1 107 établissements, soit 6,6% du total des établissements de la région.

 

Source : Atlas commenté de l'économie sociale et solidaire Edition 2020, Observatoire national de l'ESS – ESS France 

Contacts

Logo Région Sud
Délégué régional
Colette BELLET
Équipe technique
Guillaume
POINSIGNON