Ils sont en première ligne durant la crise... les employeurs de l'ESS

L’UDES est mobilisée depuis le début de la crise sanitaire pour relayer les préoccupations des employeurs de l’ESS et alerter les pouvoirs publics sur les grandes difficultés engendrées par la situation exceptionnelle que notre pays traverse.

L’UDES poursuit son action afin que l’économie sociale et solidaire soit durablement et efficacement prise en compte dans la gestion de cette crise sanitaire et économique sur l’ensemble du territoire. Vous pouvez consulter ici les actions menées en PACA / Corse.

Afin de poursuivre le travail de plaidoyer auprès des acteurs politiques locaux - dans un contexte où les plans de relance régionaux et nationaux sont en passe d’être engagés - l’UDES souhaite désormais mettre en avant les actions et l’engagement des entreprises de l’ESS durant la crise en donnant la parole aux employeurs mobilisés en première ligne.

Aujourd’hui, Joël DERRIVES, Directeur général de La Mut, répond à nos questions.

 

 

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre structure en quelques mots ?
Accompagner les personnes tout au long de leur vie en tenant compte des aléas qui jalonnent leur parcours personnel : c’est la mission que s’est donnée la Mut’ au travers de ses services experts et innovants. Elle propose un réseau de services de soins et d’accompagnement mutualiste au savoir-faire médical et social reconnu. En tant qu’acteur global, elle est capable de répondre de manière adaptée et personnalisée à un grand nombre de besoins. Elle contribue, par la diversité de son offre, la maîtrise de ses tarifs et le maillage du territoire étudié, à améliorer l’accès à des soins de qualité pour tous. La Mut’, ce sont plus de 900 salariés et plus de 100 SSAM (Services de Soins et d’Accompagnement Mutualistes) dans les 6 départements de la Région Sud / PACA. J’en suis le directeur général et elle est présidée par Dominique TRIGON. 

Comment avez-vous vécu cette crise au sein de votre structure ?
Dès le début des signaux laissant présager une situation de crise, l’ensemble de la Direction a mis en place une « Cellule de veille », transformée en « Cellule de crise » le soir même de l’annonce de la fermeture des établissements scolaires par le Président de la République. Durant le confinement, cette cellule de crise s’est réunie de façon pluri hebdomadaire et a poursuivi son activité par visioconférence. L’objectif principal étant d’assurer une continuité d’activité dans le respect des mesures sanitaires en offrant toutes les garanties de protection pour nos collègues et nos clients/patients/bénéficiaires. Réactivité, adaptation et capacité à se remettre en question ont été les clés de notre démarche. Ainsi, malgré les contraintes, tous les salariés de la Mut’ ont répondu présent pour assurer la continuité des soins et services aux personnes ; alors même que nous étions pour certaines d’entre elles, les plus fragiles ou isolées, le seul lien subsistant. Cette crise sanitaire a impacté l’ensemble de nos activités et a marqué le début d’une situation sociale et sanitaire sans précédent. À l’instar de nombreuses entreprises, la Mut’ a dû arrêter une grande partie de ses services. Télétravail, chômage partiel, activité réduite : des décisions parfois difficiles, toujours pesées et étudiées avec soin. Côté communication interne, nous avons souhaité tisser un lien plus étroit avec nos salariés via une newsletter « Ensemble – édition spéciale » afin de leur apporter, jusqu’à trois fois par semaine, des informations importantes et leur permettre de continuer à être informés de la vie de l’entreprise. Depuis le 11 mai, la Mut’ se concentre sur la mise en œuvre du plan de reprise d’activité.

Quelles actions spécifiques votre structure a-t-elle mis en place durant cette crise ?
La crise a pris tout le monde de court et le confinement nous a naturellement poussé à nous tourner vers le digital. Ainsi, nous avons accéléré la mise en œuvre de solutions techniques collaboratives basées sur la visio-conférence, le partage de documents en ligne et la dématérialisation d’un grand nombre de documents. La « Cellule de crise » puis la « Cellule de reprise » se sont grandement appuyés sur ces outils. Nous avons également rapidement communiqué en direction de nos clients/patients/bénéficiaires pour leur donner toutes les informations nécessaires en cas de nécessité (urgence dentaire, optique ou audition, restriction des visites en EHPAD, continuité des soins pour les services à domicile, accueil en crèche des jeunes enfants des personnes en première ligne). La cohésion, l’implication et l’intelligence collective nous ont permis de faire face à certains défis logistiques (redistributions de certains équipements entre nos différents métiers, approvisionnement en EPI, réorganisations et mise aux normes de nos activités accueillant du public). Côté accompagnement de nos salariés, nous avons proposé un soutien psychologique pour les soignants ainsi qu’une cellule d’écoute anonyme pour nos salariés dès le 30 mars. Avec la crise du Covid-19, nous avons dû repenser très rapidement nos façons de travailler, de manager, de communiquer. Nous avons souhaité impliquer l’ensemble des salariés en leur proposant une plateforme numérique « Le challenge la Mut’ation » où chacun peut faire part de ses réflexions, partager des initiatives qui fonctionnent ou encore faire des propositions concrètes autour de trois thématiques : « Organisation du travail et méthodes de management », « Maintient des solidarités et du lien social après la période de confinement » et  « Préservation des bénéfices du confinement sur notre planète ». Enfin, nous souhaitons également remettre la RSE au cœur de nos préoccupations en cherchant à avoir un impact positif sur la société, à respecter l’environnement tout en étant économiquement viable. Un équilibre que nous allons nous efforcer de construire avec l’aide de nos collaborateurs, nos clients, nos fournisseurs, et plus globalement l’ensemble des acteurs de l’économie sociale et solidaire que nous côtoyons. Plus de 10 accords d’entreprise ont été négociés et signés dans le cadre d’un dialogue social constructif pendant la crise sanitaire.

Quels sont vos principaux enjeux dans les prochains mois ?
Nos prochains enjeux dans les prochains mois seront de veiller à mettre en œuvre les actions auxquelles nous avons pris le temps de penser pendant le confinement pour « l’après Covid » et de trouver les solutions pour permettre à notre entreprise mutualiste de sortir de la crise économique qui l’affecte en validant une stratégie 2021-2023 basée sur l’équilibre économique et la préservation des emplois,

Télécharger l'interview de Joël DERRIVES, Directeur général de La Mut

Provence-Alpes-Côte d'Azur - Corse

Derniers événements

19 Octobre 2022

Forum de l'emploi

23 Novembre 2022

Espace régional de dialogue social (ERDS)

Chiffres clés

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’économie sociale et solidaire emploie 162 876 salariés, ce qui représente 9,9% de l’emploi sur le territoire, et compte 16 818 établissements, soit 8,4% du total des établissements de la région.

 

En Corse, l’économie sociale et solidaire emploie 8 308 salariés, ce qui représente 8,1% de l’emploi sur le territoire, et compte 1 107 établissements, soit 6,6% du total des établissements de la région.

 

Source : Atlas commenté de l'économie sociale et solidaire Edition 2020, Observatoire national de l'ESS – ESS France 

Contacts

Logo Région Sud
Délégué régional
Colette BELLET
Équipe technique
Guillaume
POINSIGNON