Retour sur l’expérimentation LAB’QVT en région Provence-Alpes-Côte d’Azur

En 2019, l’UDES répondait à l’appel à projet lancé par l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ANACT). Soutenues par le Fonds pour l’Amélioration des Conditions de Travail (FACT) et notre partenaire Chorum, les expérimentations du LAB’QVT furent lancées dans cinq régions : Normandie, Grand-Est, Bourgogne-Franche-Comté, Bretagne et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Le 12 octobre 2021, l’UDES est revenue sur ces expérimentations lors d’une matinée de restitution, retransmise en live et disponible sur la chaine YouTube de l’UDES. A cette occasion, Nadia Rahou, Chargée de mission Changement Organisationnel à l’ANACT, Carole Hellegouarc’h, Secrétaire confédérale de la CFDT, Emmanuel Boutterin, administrateur de l’UDES, et Fabrice Deschamps, Vice-Président mutuelle CHORUM, sont revenus sur les enjeux de la qualité de vie au travail (QVT) comme levier d’attractivité pour l’ESS à l’heure de la relance post-COVID-19.

D’autre part, Marc Philibert, Délégué régional de l’UDES en Grand Est, Richard Bidet, référent LAB’QVT en Bourgogne-Franche-Comté, François Edouard, Délégué régional de l’UDES en Normandie, Arnaud Pesson, Délégué régional de l’UDES Bretagne, et Aurélie Richer-Rossi, référente LAB’QVT en Provence-Alpes-Côte d’Azur, ont fait part des enseignements tirés des différentes expérimentations régionales.

Focus sur la région Provence-Alpes-Côte d’Azur

En région Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’expérimentation a consisté à développer une ingénierie de formation innovante sur la QVT. L’objectif était d’accompagner les structures de l’ESS au développement d’une démarche QVT afin de répondre aux défis liés aux conditions de travail (l’absentéisme ou encore l’usure professionnelle) et à la qualité du dialogue social. 

En amont de la mise en œuvre de l’action, une enquête a été diffusée afin d’identifier les bonnes pratiques et les freins au bien-être au travail. 93 personnes ont répondu à ce questionnaire, ce qui a constitué un appui pour la rédaction du cahier des charges par le comité de pilotage. Ce dernier était composé de la Direction Régionale de l’Economie, de l’Emploi, du Travail et des Solidarités (DREETS), l’Association Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ARACT), des OPCO de l’ESS - l’OPCO Cohésion-Uniformation, l’OPCO Santé et l’Afdas - la Chambre Régionale de l’ESS (CRESS) et l’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (AGEFIPH). 

Le Cabinet Fraissinet a été sélectionné afin de proposer une mallette pédagogique nécessaire à la mise en œuvre de la formation. Cette dernière fut suivie par plusieurs structures, à savoir une régie de quartier, une radio-libre, une structure d’aide à domicile, une structure du médico-sociale, deux crèches issues de la mutualité et une crèche issue des acteurs du lien social et familial. 

La formation a démarré en début d’année 2021 et s’est terminée en septembre de la même année. Trois temps furent organisés :

  1. La sensibilisation aux fondamentaux de la QVT ;
  2. L’enseignement d’un geste professionnel autour de la mise en place d’espace de discussion (EDD) sur la QVT ;
  3. Un temps d’échange dédié aux pratiques mises en œuvre dans les EDD des différentes structures. 

Le retour d’expérience de cette action est positif. Aurélie Richer-Rossi, référente du projet, a notamment souligné lors de la matinée de restitution l’importance de la mobilisation de toutes les personnes présentes au sein de l’entreprise « le résultat est vraiment intéressant car sur les sept structures participant à la formation, quatre sont parvenues à engager une démarche de QVT au sein de leurs établissements. Trois ont échoué. On a pu constater que la nature de l’activité n’entrait pas en ligne de compte dans la réussite ou l’échec de la démarche QVT, mais qu’il s’agissait plus d’une question de conviction dans la démarche, non pas d’une personne mais bien de la structure toute entière ! Une conviction qui peut parfois être entravée par des problèmes de maturité managériale ou des conflits préexistants qu’il faut déjà régler ». 

La vidéo ci-dessous, produite par le cabinet Fraissinet, permet également de mettre en avant le retour sur expérience des structures ayant suivi cette formation.

 

 

Pour aller plus loin 

L’expérience du LAB’QVT fut un projet collaboratif, et a permis de rappeler un socle de valeurs qui compose l’économie sociale et solidaire afin de répondre à des enjeux communs autour de la QVT. Vous pourrez découvrir les autres expérimentations sur les pages régionales concernées.

Provence-Alpes-Côte d'Azur - Corse

Derniers événements

19 Octobre 2022

Forum de l'emploi

23 Novembre 2022

Espace régional de dialogue social (ERDS)

Chiffres clés

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’économie sociale et solidaire emploie 162 876 salariés, ce qui représente 9,9% de l’emploi sur le territoire, et compte 16 818 établissements, soit 8,4% du total des établissements de la région.

 

En Corse, l’économie sociale et solidaire emploie 8 308 salariés, ce qui représente 8,1% de l’emploi sur le territoire, et compte 1 107 établissements, soit 6,6% du total des établissements de la région.

 

Source : Atlas commenté de l'économie sociale et solidaire Edition 2020, Observatoire national de l'ESS – ESS France 

Contacts

Logo Région Sud
Délégué régional
Colette BELLET
Équipe technique
Guillaume
POINSIGNON