Retour sur le webinaire du Carif Oref Pays de la Loire dédié aux métiers de l’aide à domicile et de l’animation

Le 16 juin, l’UDES a participé à un webinaire organisé par le Carif Oref à destination des professionnels de l’orientation. Cela a été l’occasion pour l’UDES de présenter les dynamiques des métiers de deux secteurs importants de l’ESS : l’aide à domicile et l’animation, grâce aux interventions respectives de Geoffroy VERDIER, Directeur général de l’association ADT44, et de Simon LHOMMEAU, Délégué régional de la ligue de l’enseignement des Pays de la Loire.

Pour le secteur de l’animation (branche ECLAT), Simon LHOMMEAU a pu confirmer que ce secteur d’activité avait un important besoin de recrutement, notamment pour les métiers d’animateur socio-culturel et d’animateur périscolaire. 27% des salariés de la branche ont moins de 27 ans, et 68% sont des femmes.

Ce webinaire a été l’occasion de mettre en lumière les valeurs générées par ces métiers, qui évoluent avec les besoins de la société, et qui donnent du sens au travail : solidarité, engagement, esprit critique, émancipation, curiosité ou encore éducation pour tous.

« Malgré la forte saisonnalité de nos métiers, nous embauchons à 65% en CDI. Nous avons des dispositifs en tant qu’employeurs, comme les CDII qui permettent de lisser le temps de travail sur l’année et sécuriser les parcours professionnels. » Simon LHOMMEAU (Ligue de l’enseignement)

Une des particularités des métiers de l’animation est leur forte saisonnalité, avec une activité très liée au temps scolaire ou aux saisons (vacances, été, hiver). Malgré cette contrainte, 65% des embauches se font en CDI, grâce au dispositif de CDII (CDI intermittent) qui permet au salarié d'alterner périodes travaillées et périodes non travaillées, en annualisant son temps de travail, ce qui garantit ainsi une rémunération mensuelle.

Pour le secteur de l’aide à domicile, Geoffroy VERDIER a pu insister sur l’engagement des salarié·e·s durant la période de confinement, au cours de laquelle une continuité de service a été conservée. La crise actuelle montre à quel point ces métiers sont des métiers essentiels.

Si le métier d’aide à domicile était initialement plutôt positionné comme un métier de seconde partie de carrière, permettant un complément de salaire, Geoffroy VERDIER a pu décrire comment ce métier est dorénavant considéré comme un emploi à part entière. L’accès à la formation continue joue un rôle essentiel dans cette évolution, et est un facteur de fidélisation extrêmement important dans ce secteur. En recrutant des personnels parfois sans qualification, l’ADT44 a pu par exemple leur proposer des programmes de formation très complets, allant jusqu’à l’obtention d’un diplôme.

L’enjeu aujourd’hui est de recruter massivement dans ces métiers. La crise économique actuelle, d’un certain point de vue, peut être une opportunité pour ces métiers, en attirant les nouveaux demandeurs d’emplois dans les mois à venir. Aux employeurs d’être innovants, en modifiant les modèles et en inscrivant ce métier dans la chaine de la santé et du médico-social, permettant par exemple de prévoir des possibilités d’évolution en diversifiant les débouchés. 

« Dans l’aide à domicile, on a recruté des personnes sans qualification et ont les a formées grâce à des programmes de formation continue extrêmement importants, mais également grâce à la VAE. On fidélise par la montée en compétence et par l’obtention de diplôme. » Geoffroy Verdier (ADT44)

Enfin, ce webinaire a été l’occasion de présenter les premiers enseignements de l’étude prospective réalisée par l’UDES sur l’attractivité des métiers de l’ESS en Pays de la Loire. S’il est encore trop tôt pour dire si l’ESS va pouvoir résister à la crise, comme en 2008, les partenaires de cette étude (Etat, région, organisations syndicales, OPCO, CRESS, Pôle emploi) travaillent actuellement à des scénarios prospectifs. 

Si la perspective de voir les secteurs du « care » être valorisés dans les prochains mois existe, elle n’est pas assurée à ce jour, alors même que ces métiers sont jugés essentiels par la société aujourd’hui. Surtout, compte tenu des possibles tensions à venir sur les budgets des collectivités territoriales, piliers importants du modèle économique des structures de l’ESS, un scénario « pessimiste » n’est pas à exclure, réduisant les ressources de l’ESS. Néanmoins, les acteurs de l’ESS pourront se baser sur une dynamique de fonds essentielle : l’importance pour les plus jeunes du sens donné au travail, et l’importance de plus en plus forte donnée aux enjeux de transition écologique, sur lesquels l’ESS est en capacité d’apporter des solutions et débouchés concrets.

Découvrez ci-dessous le replay du wébinaire

 

 

Pays de la Loire

Derniers événements

13 Octobre 2022

Comité de pilotage Avenir(s) Solidaires

Chiffres clés

En Pays de la Loire, l’ESS emploie 165 413 personnes, ce qui représente 13,1 % de l’emploi salarié sur le territoire. La région compte 15 419 établissements employeurs, soit 12,7 % du total des établissements de la région.

 

Source : ATLAS commenté de l’ESS, Observatoire National de l’ESS, EDITION 2020
 

Contacts

Logo PDL
Délégué régional
Marc MARHADOUR
Équipe technique
Charles
BOZONNET
Courriel: