Feuille de route de Madame Schiappa. Pour l’UDES, un programme encourageant mais qui doit être complété

L’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire salue la volonté et l’engagement de la secrétaire d’Etat en charge de l’ESS et de la vie associative et se déclare prête à mettre en œuvre conjointement la feuille de route annoncée.

Présents à la présentation de la feuille de route de Marlène Schiappa ce 14 septembre, Hugues Vidor, le président de l’UDES et Sébastien Darrigrand, son directeur général saluent un plaidoyer sincère, incarné par une ministre désireuse de s’engager personnellement en faveur de la reconnaissance du rôle et de la place de l’ESS dans notre société. 

« La feuille de route annoncée en ce début de quinquennat montre une volonté d’action forte : la volonté de développer la lisibilité de l’ESS et l’accès au financement des structures. L’UDES réaffirme son rôle de relais sur ces sujets, compte tenu de sa place dans le paysage patronal » tient à souligner Hugues Vidor. 

L’UDES soutient les propositions d’appels à projets et de campagne de communication pour l’ESS.

Parmi les annonces de la ministre lors de la présentation de sa feuille de route, l’UDES estime intéressants en particulier celles concernant : 

  • les appels à projets ayant pour but de passer à l’échelle supérieure et de développer le renforcement de la capacité d’intervention et d’accompagnement des réseaux de l’économie sociale et solidaire ;
  • la forte impulsion pour développer la réflexion et les actions autour des impacts sociaux et écologiques des entreprises. Des dimensions d’ores et déjà promues par l’UDES vers ses adhérents et les employeurs de l’ESS (plateforme Valor’Ess, accompagnement à la mesure de l’impact environnemental) ;
  • la campagne de communication annoncée pour rendre visible et développer l’économie sociale et solidaire.

Cependant, afin de donner au secteur l’envergure qu’il mérite et aux employeurs les outils dont ils ont besoin pour accompagner le développement de leurs structures, l’Union demande à la ministre de prendre également en compte les éléments suivants :

  1. le renforcement des capacités d'’investissements des entreprises par des solutions de prêts en quasi-fonds propres en 2022 et 2023 afin d’amortir les effets de la crise énergétique sur l’économie ;
  2. la mise en place d’une prime « innovation sociale » afin d’inciter et de financer les programmes de recherche et de développement des entreprises à but non lucratif ;
  3. la réforme de la fiscalité pour développer l’emploi durable dans le secteur associatif, en particulier avec une réforme de la taxe sur les salaires ;
  4. la mise en place d’une réserve de 15 % dédiée à l’ESS dans le cadre des marchés publics, par l’élargissement des clauses sociales et environnementales et en veillant à l’application de la directive européenne 2014/24/UE. 

L’Union entend par ailleurs s’appuyer sur le secrétariat d’état à l’ESS pour favoriser l’inscription des questions économiques et fiscales qui concernent l’ESS au sein du ministère de l’économie et des finances.

Enfin, l’UDES compte défendre l’ensemble de ces éléments dans les prochains rendez-vous de rentrée que sont le projet de loi de finances et l’installation prochaine du conseil supérieur de l’ESS.

En direct sur Twitter

Les sites de l'UDES

Le portail de l'emploi

Le portail de l'emploi

Retrouvez des offres d'emploi et des informations sur l'ESS

VALOR'ESS

VALOR'ESS

Plateforme numérique gratuite pour révéler votre impact social.

Magazine ACT'ESS
Magazine ACT'ESS N°7 - Edition spéciale Convention annuelle

L’UDES publie le 7ème numéro de son magazine ACT’ESS dont une large partie est dédiée à sa...